Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, c’est Shakhriyar Mamedyarov !

Mamedyarov

 

Les Olympiades d’Istambul se sont terminées il y a quelques jours et l’équipe d’Arménie l’a emporté sur le fil, prouvant une fois encore qu’un bon team spirit vaut bien une centaine de points elo… Mais ma curiosité a surtout été attisée par le tableau des meilleures performances individuelles.

Il y a toujours des scores fabuleux dans ce tableau. Voyez-vous, c’est comme si pour certains joueurs, les Olympiades n’étaient qu’un vulgaire open , où ils « mangent » du grand-maître comme s’ils étaient de pauvres amateurs dans un open de week-end…. Lors des précédentes éditions, j’avais remarqué que les joueurs ukrainiens arméniens figuraient habituellement en bonne place dans cette liste (Ivanchuk étant l’un des usual suspects). Cette fois-ci, pas moins de 7 joueurs ont réalisé une performance au-dessus de 2800 elo ( !). Tout en haut du tableau, on retrouve le grand-maître azéri et ancien champion du monde junior Shakhriyar Mamedyarov avec une perf. à 2880 !

J’ai lu à plusieurs reprises que Mamedyarov était un joueur qui aimait les finales. Pourtant, quand j’ai eu l’occasion de voir quelques-unes de ces parties par le passé, j’ai toujours eu l’impression qu’il était une sorte de bulldozer sur l’échiquier, détruisant ses adversaires dans des feux d’artifice tactiques bien avant qu’une quelconque finale ne pointe son nez sur l’échiquier… Cette fois-ci, j’ai bien regardé toutes ses parties, et j’ai trouvé des exemples de jeu en finale assez impressionants : dans la partie ci-dessous, contre le champion chinois Wang Yu (qui n’est pas un manchot en fin de partie…), Mamedyarov montre avec beaucoup de brio comment coordonner ses fous pour escorter son pion passé jusqu’à la ligne d’arrivée.

 

Share